So South…

Après mes 5 jours passés à Savannah (souvenez-vous), je reprends la direction du Nord. Ma prochaine étape, c’est Charleston, à tout juste 150 kilomètres de là.

Le nom Charleston, avant d’évoquer une ville de Caroline du Sud, évoque généralement la célèbre danse immortalisée par Joséphine Baker Aux Folies Bergères. Le nom de ce déhanché popularisé en France par “la Revue Nègre” du théâtre des Champs Elysée, bien que ne reflétant pas son lieu de naissance, n’est pourtant pas complètement un hasard.

La danse Charleston a été baptisée ainsi en référence à la couleur de peau des premières stars qui la pratiquaient: noire. Un détail me direz-vous, sauf qu’au début des années 1900, c’était une petite révolution, à tel point que c’est du nom de l’un des plus hauts lieux de la traite des Noirs, Charleston, que l’on décida de baptiser ce nouveau style de danse.

Lors de mon étape précédente, j’avais pu sentir la profonde rivalité qui divise Savannah et Charleston. La première a une beauté brute et sauvage, accentuée par la relative pauvreté de sa population qui lui confère une réelle authenticité.

Au contraire Charleston est-elle plus sophistiquée, ses maisons du XVIIIème ont toutes été soigneusement restaurées, et les façades de ses bâtiments, avec leurs balcons avec leurs rambardes en fer forgé  sont toutes bien propres.

les rues de Charleston, un modèle d’architecture du Sud

Après une après midi à me promener dans les ruelles du Old Quarter, je suis forcé de reconnaitre que l’architecture et la conservation générale de la ville est impressionnante. Pourtant, je n’arrive pas à lui trouver le charme de sa voisine.

Tout est trop ordonné, trop propre, trop parfait… on dirait presque une mise en scène. Les galeries d’art qui se succèdent, les fenêtres toutes joliment fleuries ne rendent pas l’impression d’une ville qui vit, mais plus d’une ville qui s’affiche et et là pour séduire les touristes.

De l’histoire mouvementée de Charleston, j’observe le Fort Sumter. C’est le bombardement de ce fort en 1861 par les troupes Confédérées, qui entraine le début de la guerre de Sécession, qui durera 4 ans et conduira à la victoire des troupe unionistes dirigées par Abraham Lincoln, suivi par l’abolition de l’esclavage.

En s’attardant un petit peu sur l’économie de la Caroline du Sud, on s’aperçoit que ce n’est pas le fruit du hasard si la guerre de Sécession a débuté ici. Le climat de la Caroline du Sud est propice à la culture du coton, seul problème, il requiert beaucoup de main d’oeuvre, d’autant qu’à cette époque, la production n’est pas encore mécanisée.

Pour répondre à ce besoin, les colons Américains ramènent des esclaves d’Afrique Noir par bateau entier. En 1820, le rythme devient si soutenu que l’état devient à majorité noire.

Les conditions de vie des esclaves sont souvent épouvantables. En 1822, Denmark Vessey, un Noir qui vient juste d’acheter sa liberté organise une importante révolte qui terrorise les Charlestoniens. Elle est finalement matée et Vessey ainsi que 34 de ses comparses pendus publiquement, mais le mal est fait: les planteurs ont réalisé que leur business ne peut être rentable qu’à condition qu’ils gardent une main d’oeuvre gratuite et docile.

De cette sombre mais prospère période, le marché aux esclaves reste en parfait état de conservation. C’est ici que les planteurs de toute la Caroline venaient acheter domestiques, servants et ouvriers. L’endroit a été transformé en un passionnant musée, qui rappel ce qui se passait aux “pays des hommes libres” il y a à peine 150 ans.

entrée de l’ancien marché aux esclaves de Chaleston

Lorsque Lincoln après avoir accédé au pouvoir en 1860, déclare son intention d’abolir l’esclavage, l’Etat de Caroline du Sud, dont Charleston est à l’époque la capitale prend la décision de rejoindre les Etats Sécessionnistes. La principale peur des Caroliniens est de perdre la main d’oeuvre noire, ce qui signifierait la mort des prospères plantations de coton. La suite de l’histoire, on la connait: les Confédérés attaquent Fort Sumter et chassent les troupe de l’Union, signant le début de la guerre Civile Américaine (aussi connue sous le nom de guerre de Sécession). Après 4 ans de sanglants combats, près de 650 000 morts, les troupes de l’Union défont les Sudistes. Les Etats-Unis d’Amérique sont réunifiés et l’esclavage officiellement aboli. Les Etats du Sud dans leur ensemble tombe en déclin économique.

Aujourd’hui l’économie de Charleston s’organise autour du port de passagers, mais surtout des touristes qui viennent du monde entier admirer ses rues bien ordonnées et ces beaux bâtiments, si typique du Sud.

Je profite aussi sur place d’une douceur inattendu pour ce mois de janvier. J’en profite d’autant plus que je m’apprête à reprendre la route en direction des Outers Bank de Caroline du Nord, où tout le monde me prédit déjà qu’il ne fera pas si chaud.

Et avant de ce les cailler, vlan un pelle-mêle photo!

IMG_2277_wm
Similar Posts

2 Comments

  1. Quel beau voyage,
    les maisons sont vraiment superbes dans le sud des États-Unis !

  2. Sympa le clin d’oeil Baker 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published.