Reparti de Richmond Hill après avoir eu ma passionnante discussion sur le port d’armes avec Sonya (souvenez-vous), je reçois une invitation d’un couchsurfer m’invitant à passer quelques jours chez lui.

Il habite en plein centre de la ville de Savannah et je décide de répondre positivement à son invitation. Grand bien m’en prend, puisque cela me permet de passer trois jours en compagnie de Chris, un Américain d’une cinquantaine d’années, très impliqué dans la vie politique locale, avec lequel je passerai d’interminables soirées, confortablement installé sur son balcon, assis  dans un rocking chair, à refaire le monde jusqu’à quatre heures du matin en sirotant un tord boyau.

Savannah et son charme un peu désuet: j’adore!

Outre les longues conversations, cette pause est aussi l’occasion de visiter plus en profondeur le superbe centre ville historique de Savannah. Fondée par les Anglais en 1733 à l’embouchure de la rivière du même nom, elle fut et reste l’un des principaux ports de commerce des Etats-Unis.

Pendant la guerre civile, Savannah alors capitale de la Géorgie, un état du Sud, se rangeât du coté de la Confédération, mais ne fut pas détruite par les troupes de l’Union, grâce à un traité de reddition bien négocié par les autorités sudistes.

La vieille ville fut épargnée et de superbes bâtiments victoriens s’élèvent encore dans le centre historique et le long des docks.

Particularité de la ville, son plan est organisé autour de 24 squares.

SquaresOfSavannah

Leur construction fut ordonnée par le général Oglethorpe. Ses motivations n’avaient rien d’esthétiques; cet officier voulait faciliter la tenue d’exercices militaires, en plaçant à des distances régulières des espaces dégagés.
Avec la croissance de la ville, ce modèle d’urbanisme perdura et à l’aube du XIXème siècle, la ville comptait 33 squares répartis à travers le downtown.

Les rues, bien moins larges que dans les autres villes américaines, ont permis au quartier historique de Savannah de conserver son caractère de village. Son climat très doux (il fait plus de 20 degrés lorsque je me trouve sur place alors que nous sommes en plein milieu du mois de janvier) et ses très nombreux espaces verts permettent aussi à ce bourg de 142 000 habitants de rester très humain.

une petite pause dans l’un des nombreux parcs de la ville… nice indeed


Les bancs, présents partout dans la ville, couplés à la douceur de la température et l’omniprésence des espaces verts poussent les habitants à vivre dehors. On croise indistinctement des étudiants oisifs, des retraités fatigués, ou des businessmen affairés, assis dans les parcs, tous entrain de vaquer à leurs occupations.

Chose unique pour les USA, il y a de nombreux scooters dans la ville. La relative étroitesse des rues, couplée à un trafic très calme dans le centre ville, les rendent particulièrement pratiques.

J’apprécie mon temps sur place, profitant du peu de véhicules pour découvrir la ville en faisant mon footing. La bienveillance de Chris, mon hôte, me permet aussi de faire la connaissance de nombreuses personnalités de la ville, dont le maire et quelques uns de ses conseillers.

Grâce à eux je suis sensibilisé aux problèmes locaux, principalement la délinquance et la pauvreté. 22% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (5,8% pour la moyenne US). Héritage de la traite des noirs et de la présence de ports négriers, près de 60% de la population est noire. Les dés seraient-ils pipés dès la naissance…

Et vlan un pêle mêle photos pour mieux comprendre mon coup de coeur pour la belle Savannah

IMG_2275_wm
Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.