crédit photo: Mai Suzuki @maiuniverse

Arrivé en Equateur, mon oeil a été attiré par de jolis chapeaux en fibre, qui m’ont rappelé la forme du célèbre couvre chef d’Al Capone. Les Cholita locales (pour ceux qui auraient oublié ce que sont les cholitas, petit cours de rattrapage ici) n’arboraient pas les traditionnels chapeaux melons portés par les Boliviennes, mais ces sombreros d’un autre genre.
Renseignements pris, je découvre que ces fameux chapeaux portent le nom de Panama, ils sont pourtant bel et bien originaires d’Equateur. Je décide de mener l’enquête et me rends dans le petit village de Sig Sig, dans le centre du pays, où une coopérative gérée par les femmes du village fabrique et vend ces fameux Panama.
Les premières traces des chapeaux panama remontent à 4000 av JC. Des découvertes archéologiques mettent à jour la présence de chapeaux utilisant des techniques de tissage similaires à celles toujours utilisées aujourd’hui. Il faut néanmoins attendre l’arrivée des Espagnols au XVIème siècle, pour que les européens s’intéressent à ces chapeaux finement tissés. Ils sont ramenés sur le vieux continent pour la première fois au cours de l’exposition universelle de Paris en 1855, et impressionnent par la finesse de leur fibre et la technicité de leur tissage.
Au début du XXème siècle débute la construction du canal de Panama. Des ouvriers du monde entier affluent pour travailler sur ce gigantesque chantier. Pour se protéger du soleil de plomb panaméen, ils achètent en masse des chapeaux de paille équatorien. Malgré son origine, son utilisation massive au Panama lui donne son nom de baptême: l’appellation Panama est née. Ce nom ressort renforcé des premières exportations faites depuis l’Equateur à destination de l’Europe et des Etats-Unis, et qui transitent depuis toutes par le Panama. Le malentendu s’installe et le “Sombrero de Paja Toquilla” est définitivement renommé chapeau Panama.

coopérative de Sig Sig: tissage manuel de chapeau Panama

Les chapeaux Panama sont largement disponibles dans tout l’Equateur, mais la visite du village de Sig Sig présente l’opportunité de découvrir tout le processus de fabrication, et d’observer à quel point l’économie de ce pueblo tourne quasi uniquement autour de ce chapeau. Sa fabrication peut prendre de plusieurs jours, à plusieurs semaines, voire plusieurs mois en fonction de la finesse du tissage.
En déambulant dans les rues de la ville, je constate que toutes les femmes que je croise sont occupées au tissage de chapeaux, quasi machinalement, tout en continuant à vaquer à d’autres occupations. L’une allaite son bébé tout en tissant, l’autre vend des fruits sur le marché, je croise même une jeune femme marchant en pleine rue tout  en tissant des fibres qu’elle avait pris le soin au préalable de fixer à sa robe.

une vieille dame tissant un chapeau Panama dans sa boutique

Au détour d’une rue, j’aperçois une vieille dame dans sa boutique. Elle a derrière ses grosses lunettes, un visage fort sympathique, et je ne résiste pas au plaisir d’entamer la conversation avec elle. Tandis que nous parlons, j’observe ses mains ridées danser d’une fibre à l’autre, tressant la structure de ce qui sera bientôt un de ces célèbres chapeaux. J’ai très envie de la prendre en photo, mais j’hésite à lui demander, conscient que beaucoup d’indigènes, très superstitieux, n’apprécient pas cet exercice. Après avoir hésité de longues minutes, je me lance finalement. Sa réponse est tellement poétique que je vou sla livre dans son intégralité.

– Excusez-moi Madame, j’aime beaucoup votre expression et j’aimerai savoir si je peux prendre une photo de vous?
– Est-ce que tu m’emmenas avec toi si tu me prends en photo?
– ?????
– Tu vas retourner en France après ton voyage?
– Euh… oui…
– Et bien si tu me promets d’emmener ma photo avec toi en France, c’est d’accord: j’ai toujours rêvé de visiter l’Europe

Et un pêle mêle pour illustrer Sig Sig

Similar Posts

7 Comments

  1. C’aurait été drôle de te voir revenir avec la vieille dame et son Panama ! Quant à toi, t’as pas la gueule très nette
    sous ton Panama !!!

    1. @Odile: c’est la chaleur 😉

  2. Le chapeau te va bien 😉

    1. @flo: merci

  3. Le chapeau te va bien 😉

    1. @flo: merci

Leave a Reply

Your email address will not be published.