[hop]

Kitesurfing: I believe I can fly…

Après m’être déhanché sur des rythmes endiablés, et surtout ridiculisé sur les dances floor des salsatecas de Cali (rappelez-vous), j’ai décidé d’aller apprendre un sport beaucoup plus facile que la danse latino: le kite surf. En me promenant sur le web, j’ai découvert l’existence du lac Calima, qui se situe à une centaine de kilomètres de Cali.
Ce lac artificiel, créé par la retenue d’eau d’un barrage hydro-électrique est un site de pélerinage pour les windsurfers et kitesurfers du monde entier car il bénéficie d’une brise… 365 jours par an. Je mettais en doute la véracité des brochures marketing des écoles de voile que j’avais vues dans les hostels de Cali, mais arrivé sur place, je n’ai pu que constater cette incroyable spécificité météorologique. Tous les jours, entre 11h00 et 14h00, une petite brise se lève et souffle jusqu’à atteindre les 14 – 15 noeuds, la force idéale pour pratiquer le kite. En fin de soirée, le vent retombe et la nuit est calme. C’est à se demander si une main divine n’allumerai pas des ventilateurs géants pour satisfaire l’appétit des véliplanchistes du coin…
J’arrive aux abords de Calima en fin d’après midi. J’avais avant de venir échangé des mails avec une école du coin, mais lorsque je tape à la porte de la maison qui leurs sert de bureau, l’adolescent endormi qui m’ouvre la porte ne semble pas au courant de mon arrivée. Mieux il n’est pas capable de me confirmer si l’instructeur sera là le lendemain. Déçu je repars et remonte la route qui longe le lac avec mon énorme sac à dos sur les épaules et  frappe à la porte de la première maison que je vois. Le Colombien qui m’ouvre la porte, un homme d’une cinquantaine d’années, semble d’abord surpris de me voir là, et puis après quelques instants,  me propose de jeter mon sac à l’arrière de sa voiture, puis m’emmène à l’école de Pescao. Il m’explique que c’est là que son fils a appris à faire de la planche à voile il y a dix ans. Nous roulons cinq petites minutes et nous arrêtons en face d’un grand hangart jaune.
le hangart de Pescao Windsuring y Kitesurfing School

Après avoir poussé la lourde porte métallique coulissante, je découvre au moins 200 planches alignées, et autant de voiles, ainsi qu’une dizaine de kites. Un jeune homme entre dans le hangar et m’explique que Pescao est aux toilettes pour l’instant. J’en profite pour faire le tour du propriétaire et  je suis vite séduit par le lieu: beaucoup de matériel d’excellente qualité, une gigantesque terrasse qui surplombe le lac, et un plan incliné pour y accéder, que demander de plus pour être heureux? rien, enfin si un professeur. Cela fait maintenant 15 minutes que nous attendons Pescao et je commence à me demander si il n’est pas tombé dans le trou, mais aucune des deux personnes présentes ne semblent surprises par cette longue absence.
Au fond du hangar, je vois finalement une petite porte s’ouvrir et un homme en fauteuil roulant apparaitre. Il avance vers nous et vient me serrer la main:

Bienvenu, je suis Pescao, le propriétaire des lieux et le professeur de kite surf.

Je suis scotché, et je ne sais pas quoi répondre. Après être resté sans expression pendant quelques secondes, j’esquisse un sourire et comme si de rien n’était, je lui demande immédiatement

Je suis enchanté Pescao, moi je m’appelle Anto et j’aimerais apprendre le kite surf. Quand est-ce que je peux commencer les cours?
Demain après-midi. Tu peux dormir à l’étage, il y a une tente et je peux te passer un matelas. Il y a internet aussi.

mon logement tout confort durant ma semaine d’aprentissage

Je lui sers la main pour conclure le deal, et me voilà élève de la Pescao Windsurf y Kitesurf School. Après avoir jeté mon sac à dos dans la tente qui va me servir de maison durant les 7 prochains jours, Pescao me propose d’aller au village d’à coté manger un bout. Pourquoi pas… Il monte passe de son fauteuil au siège de sa voiture. Je n’ose poser aucune question, d’ailleurs que pourrais-je bien demander? A l’intérieur du véhicule, un ingénieux système a été bricolé à partir d’une moitié de guidon de moto. Pescao peut accélérer, freiner et embrayer sans avoir à utiliser ses jambes. Nous arrivons dans le village et nous arrêtons en face d’un petit supermarché; je m’apprête à descendre de la voiture pour aller lui faire ses courses mais il me retient. Quelques secondes plus tard, je vois une des caissière s’approcher de la voiture, et après l’avoir salué, prendre une liste de courses puis revenir quelques instants plus tard avec des sacs plastiques et le ticket de caisse. Nous nous rendons ensuite dans une pizzeria où une scène identique se reproduit. Il est connu de tout le le village.
Le lendemain, je suis tout excité de commencer les cours, bien que je ne sache toujours pas comment cela va se passer. Vers 13h00 alors que le vent se lève, je vois deux gamins arriver casquettes clouées sur la tête. Ils se changent tandis que Pescao est entrain de me présenter la théorie du kitesurf et de m’explique comment me lever sur ma planche. La scène parait surréaliste: je suis en wetsuit avec un harnais autour de la taille, et j’écoute mon professeur en fauteuil m’expliquer les sensations que je dois ressentir et les mouvements de pieds et de bassin que je dois effectuer pour réussir à sortir de l’eau et à naviguer. Pas de perte de temps avec la théorie, après 20 minutes, je me retrouve au milieu du lac. Je comprends alors que l’un des jeunes va assurer ma sécurité et me coatcher dans l’eau. Pescao me regarde de la terrasse avec une paire de jumelles, criant de temps en temps des conseils via un mégaphone.
Pescao depuis la terrace entrain d’apprendre à un nouvel élève les joies du kitesurf

Deux jours plus tard, j’arrive à sortir de l’eau et à tirer mes premiers bords. Le lendemain, je navigue de manière autonome et parviens à remonter au vent. Suis-je quelqu’un de très doué? Evidemment et personne n’en doute j’en suis sûr, mais force est de constater que la méthode d’apprentissage de Pescao est efficace. Après une semaine passée sur place, ma timidité (et peut-être bêtise…) s’est dissipée, et je finis par découvrir comment Pescao peut si bien connaitre les sensations du kitesurf, alors même qu’il est paraplégique.
Pescao était un kitesurfer semi-professionnel, qui participait à des compétitions nationales et internationales. Pescao n’est d’ailleurs pas son nom mais le surnom avec lequel ses amis, qui le voyaient perpétuellement dans l’eau, l’ont rebaptisé (pescado, soit le poisson en français, prononcé avec l’accent colombien pour en faire Pescao). En rentrant d’une compétition il y a 4 ans, il perd le contrôle de sa voiture et est victime d’un grave accident de la route. Il s’en sort mais a une lésion de la colonne qui lui fait perdre l’usage de ses jambes. La suite c’est une incroyable histoire de volonté: Pescao, épaulé par son incroyable caractère et par ses amis, décide de conserver son école de kitesurf et de windsurf. De sa terrasse et avec l’aide de son mégaphone, il continue à enseigner à de nouveaux pratiquants, dont je fais parti, les joies des sports nautiques. Pour assurer la sécurité de ses élèves, il travaille avec un groupe de jeunes adolescents qui ont appris avec lui, et qui sont dans l’eau avec les nouveaux élèves.
Aujourd’hui, son école, Pescao Windsurfing et KiteSurfing School, est la plus grande et de loin la plus animée autour du lac Calima. Il continue à travailler dans le domaine qui est et a toujours été sa passion. Plus que le kitesurf, Pescao m’a donné un incroyable exemple de ce que la volonté permet de faire. Une volonté qui dans son cas ne déplace pas les montagnes, mais qui permet à un paraplégique d’être l’un des meilleurs professeurs de planche à voile et de kitesurf du pays, rien que cela!
Respect!
Et vlan le pêle mêle photo:


Pour en savoir plus ou apprendre le kitesurf ou le windsurf avec lui:

Escuela Pescao Windsurf y Kitesurf
Lago Calima
Colombia
Cel: +57 311 352 32 93 o +57 316 401 63 73
http://pescaowindsurfing.com/ 

Similar Posts

8 Comments

  1. C’est vraiment génial !!!
    J’ai fais de l’ ULM mais pas de Kitesurf. Tu dois avoir des sensations fabuleuses ?
    Il est vrais que tu es qq de super doué ……/:-)
    J’ai hate de lire la suite.
    C’est du délire !

    1. @Roland: merci pour la confirmation que je suis doué 🙂
      Les sensations du kite sont effectivement géniales, presque l’impression de s’affranchir de la gravité.

  2. Tu es impressionné par la volonté de Pescao. Moi aussi. Mais avec toi, depuis des mois, en te suivant pas à pas, je sais que tu possèdes comme Pescao cette volonté qui te permet de surpasser les difficultés que la vie met sur ta route . Alors respect aussi.

    1. @Odile: thanks c’est gentil

  3. lui doué ? … 🙂
    gnurf :p
    bon t’es prêt pour le speed cet hiver ? je t’attend de pied ferme!

    1. @Jeje: Dude, tu sais bien que quand je dis que je suis motivé je le suis! Pour le doué, certes avec ta KTM et l’arbre j’avais été limite, mais pour le kitesurf, je suis une légende vivante 🙂

  4. lui doué ? … 🙂
    gnurf :p
    bon t’es prêt pour le speed cet hiver ? je t’attend de pied ferme!

Leave a Reply

Your email address will not be published.