séance de bénédiction d’un Toyota Hillux à Copacabana

Je vous avais expliqué dans mon dernier article que la ville de Copacabana, hormis son nom qui fait référence à la fameuse plage brésilienne et qui en fait rêver plus d’un, ne présente que guère d’intérêt. Je me suis peut-être un peu trop avancé en disant cela, car une cérémonie qui se déroule tous les week-end vaut largement le détour.

La ville abrite la cathédrale de Copacabana qui témoigne des influences arabes des Espagnols: domes, mosaiques sur de nombreuses facades. L’importance du lieu provient du fait qu’elle abrite la vierge de Copacabana, une statue en bois du XVIème aux traits indigènes, sculptée par un Indien. La vierge de Copacabana est la patronne de la Bolivie et est également vénérée au Pérou.

Mais au delà de sa belle architecture, ce qui a retenu mon attention aux abords de la cathédrale se sont les étranges cérémonies de bénédictions qui se déroulent chaque week-end. Tous les samedis et dimanches aux alentours de dix heures, une longue file de véhicules se forment devant le parvis de l’église. Voitures, vans, bus, capot ouvert et colliers de fleurs décoratifs suspendus au capot, rétroviseurs et antennes, forment une longue ligne le long de la rue principale de la ville. Plusieurs jeunes prêtres se relaient seau d’eau bénite à la main pour procéder à la bénédiction de ces véhicules nouvellement acquis par leurs propriétaires.

les véhicules sont décorés de couronnes de fleurs pour l’occasion, comme cette Wolkswagen hors d’age

Après avoir aspergé les véhicules, les propriétaires et le prêtre se mettent en cercle en se tenant la main et récitent des prières durant encore quelques minutes, pour s’assurer que le démon restera éloigné. La séance de prières terminée, le véhicule est alors aspergé de mousseux et l’on jette des pétards pour célébrer le baptême du véhicule. Les plus observateurs peuvent aussi observer à la fin de la cérémonie une enveloppe passer discrètement des mains du propriétaire à celles du prêtre, mais je suis convaincu que cela n’est que pour s’assurer de la qualité de la protection divine.

J’ai entendu dire que c’est lors de la semaine sainte que la foule de véhicules est le plus nombreuses. Des compagnies boliviennes de car amèneraient d’ailleurs à cette période leur flotte au grand complet pour qu’elle reçoive quelques gouttes d’eau bénite pour garder le malin éloigné. A ceux que cela pourrait laisser perplexe, des Boliviens qui faisaient la queue pour obtenir cette bénédiction protectrice m’ont expliqué que malgré la contribution demandée par l’église, cela revenait nettement moins cher de venir à Copacabana que de faire assurer son véhicule: vu comme ça, c’est implacable!

Et un petit coup de vidéo pour que vous aussi vous preniez quelques éclaboussure d’eau bénite

Et alléluia, un pêle même:

IMG_3857_test
Similar Posts

3 Comments

  1. Et ca marche sur les deux roues? Non parce que j’ai une trotinette aussi et je me demandais… bref si c’est efficace.

    1. @Flo: je suis sûr que ca doit marcher et en plus, l’enveloppe à glisser au prêtre à l’issue de la bénédiction doit être moins importante…

  2. Quel commentaire horrible !!! Enfin, moi, j’ai reçu plein d’eau bénite . Alors j’espère que ça marche sur les deux pieds, via internet et sans rien envoyer au prêtre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.