Il est 8 heures du matin lorsque mon avion atterrit à Tawau, une  petite ville sur la cote Est de Bornéo. Pas de temps à perdre : je saute dans une camionnette direction Paulau Mabul où je vais poser mon sac pour les 7 prochains jours.
Paulau Mabul est une petite ile que se partagent les touristes et les locaux. Elle est au large de la mer de Celebes, dont vous n’avez probablement jamais entendu parler. C’est en fait la mer qui sépare l’ile de Bornéo de l’Indonésie et des Philippines.
Je choisis de rester dans un gite simple et traditionnel : une maison sur pilotis. Lors de la marée haute, j’aperçois les poissons entre les lattes de bois du plancher qui baillent largement par endroit. Par marée basse, ce sont les crabes qui jouent à cache cache sur le sable que j’entrevois sous mes pieds.


L’ile se repartit entre un village malais extrêmement traditionnel (et pauvre), et des écoles de plongée avec leurs logements accolés. Les habitants vivent essentiellement de la pêche et on trouve encore autour de l’ile des Sea Gypsies, ces gitans des mers qui vivent sur des bateaux de fortune de manière nomade, passant d’ile en ile.


Mais qu’est ce que ce fameux Sipadan ? Et bien c’est une ile, entourée d’une immense barrière de corail. Comme toutes ses voisines, elle s’est formée il y a quelques millions d’années à la suite d’une forte activité volcanique dans la région.
De cette activité volcanique est restée des terre riches minéraux, qui une fois recouvertes par les océans sont devenues propices au développement de coraux. Qui dit coraux dit aussi une ribambelle de poissons qui vont avec et s’en nourrissent. Autre point intéressant, l’eau dans ces régions tropicales est à une moyenne de 27 degrés toute l’année, ce qui est idéal pour nos amis à nageoires. Et pour ajouter au fun, les fonds sous marins autour de Sipadan deviennent en s’éloignant de l’ile extrêmement profonds, avec des fosses à plus de 2000m, rendant la faune aquatique encore plus diversifiée.

Mais si Sipadan est tellement spécial c’est surtout grâce à une décision éclairée prise par les autorités malaises : celle de déclarer le site réserve marine protégée, d’y interdire la construction de toute habitation (et de détruire les hôtels qui s’y étaient établis auparavant), et surtout de limiter le nombre de plongeurs à 140 par jour.
C’est une solution radicale que beaucoup critiquent car plonger à Sipadan est devenu très difficile. Les places y sont très chères, au propre comme au figuré (50 euros pour obtenir uniquement l’autorisation d’aller sur le site), et il est indispensable de réserver plusieurs semaines à l’avance pour espérer obtenir un permis.
L’autre façon de voir les choses, c’est que ce contrôle drastique a permis de rendre à la nature tous ses droits. La faible fréquentation des lieux, la sélection des plongeurs  faites par les centres de plongée qui n’emmènent que des personnes confirmées, permet de préserver ce petit lieu de paradis.

Le corail est en pleine santé et les poissons si nombreux que je repars de là avec l’impression d’avoir plongé dans le plus grand aquarium du monde. Je peux vous confirmer que la réputation de Sipadan n’est pas usurpée.
Et plouf, le pêle-mêle de Pulau Mabul

IMG_7823

Et replouf, le pêle-mêle de quelques photos sous-marine prises pendant mes plongées. Vous êtes vraiment chanceux quand même 😉

P1030475
Similar Posts

6 Comments

  1. Des Sea Gypsies? J’aime beaucoup cet intitule, une fois le mal de mer passe, c’est tout de meme un mode de vie particulier, on a pas fini de decouvrir des choses!
    Merci pour les photos sous-marine, Sipadan j’y penserai si je me lasse de l’Australie 😉

    1. @Flo: Sipadan, tu as intérêt de faire plus qu’y penser. Le plus beau spot de plongée que j’ai fait… et j’ai eu suffisamment de chance pour en faire quelques uns…

  2. Bonjour, tout d’abord je tiens à te dire que je suis admirative du périple parcouru et MERCI infiniment pour le partage.
    Je souhaitais avoir des informations concernant l’hebrgement à Sipadan… pouvez vous nous partager vos adresses?
    Pensez vous que Semporna vaut le coup d’y être dormir?
    Merci.
    Kaltoum

  3. Bonjour, tout d’abord je tiens à te dire que je suis admirative du périple parcouru et MERCI infiniment pour le partage.
    Je souhaitais avoir des informations concernant l’hebrgement à Sipadan… pouvez vous nous partager vos adresses?
    Pensez vous que Semporna vaut le coup d’y être dormir?
    Merci.
    Kaltoum

    1. Bonjour Kaltoum,
      Merci pour votre message. La plupart des écoles de plongée qui vous emmènent a Sipadan disposent de logements a proximité du spot. J’ avais pour ma part choisi de dormir a Paulau Mabul, une toute petite ile qui a la particularité d’être parfois le point de passage de nomades des mers (gitan des mers) qui vivent dans la region.
      J’ etais reste dans des bangalows mis a disposition d’ une des ecoles de plongees meilleures marche. Nous ne disposions pas de l’ eau ni de l’ electricite mais le lieu etait splendide. Il existe sur l’ ile d’ autres lieux d’hebergement moins spartiates. Pour vivre l’ experience Sipadan je vous conseillerai d’ etre heberge sur l’ une des Paulaus et non a Semporna qui reste une ville qui dispose de peu de charme sauf vous offrir tout le comfort moderne.
      Il vous suffit de regarder sur internet pour trouver le nom des ecoles de plongee. A noter tout de meme qu’en fonction du temps dont vous disposez vous n’etes pas certains d’ aller plonge a Sipdan. En effet, il y a un tirage au sort et seul un nombre restreint de personnes ont le droit chaque jour d’ aller sur le spot. A verifier donc en avance avec l’ ecole de plongee qui vous emmene pour eviter les deception. Cela dit ce spot est absolument splendide meme si un peu technique (plongee dans le sens du courant).
      Bon voyage a Borneo.
      Anto

Leave a Reply

Your email address will not be published.