Lizzie ayant pris la direction de Bangkok, c’est en transport que je me rends en Malaisie. Après 8 mois en deux roues, j’avais oublié à quel point le bus pouvait être lent et inconfortable.

Une escale rapide à Malacca me permet d’avoir un aperçu de l’histoire complexe du pays. Port hautement stratégique au carrefour entre les Indes et la Chine, il a successivement été entre les mains portugaises, hollandaises puis anglaises. Aujourd’hui son activité navale est réduite, mais la ville est agréable et donne un bon aperçu de la douceur de vivre malaise.  Les magasins ouvrent lentement à 10 heures pour fermer à 13. Ils rouvrent ensuite à 16:30 heures et ferment définitivement à 19 heures…. Sans stress!

De là, je file en direction des Cameron Highland. J’établis ma base dans la ville de Tanah Rata d’où je pars visiter les plantations de thé. La culture du thé dans la région ne remonte qu’au début du siècle. Tout a commencé lorsqu’un anglais, ayant un sens aigu des affaires, est parvenu à négocier l’obtention d’immenses terrains de forêt primaire.
A l’époque l’écologie et la préservation de la forêt n’étaient pas encore les premiers soucis de ce brave homme (ca a changé depuis puisqu’il finance la WWF – World Wild Fundation). Profitant du cout réduit de la main d’œuvre et des facilités qui lui sont accordés pour s’installer dans ce coin qui ne figure alors sur aucune carte, il arrache des centaines d’hectares de jungle et les transforme en plantations.

Son pari réussi et il fait fortune. Aujourd’hui Boh, la société qu’il a créée est toujours gérée par ses descendants. Bien que peu connue en Europe, c’est l’un des plus grands exportateurs dans le monde et la marque de thé la plus consommée en Malaisie.

Apès une visite instructive de l’usine, je m’élance dans une promenade à travers les plantations. A mi-chemin entre Alice aux pays des merveilles perdue dans son labyrinthe et Indiana Jones, je me fraie tant bien que mal un chemin entre les théiers. Ils ne sont pas aussi doux au toucher qu’on pourrait le penser en regardant les photos – j’ai les jambes toutes griffées.

Le lendemain c’est à la chasse à la rafflésia que je me lance. La Rafflesia c’est la plus grande fleur du monde. L’observer se mérite : la bougre se cache au fin fond de la jungle et est extrêmement difficile à trouver. La « fleur » met  8 mois avant de fleurir et ne reste flamboyante que 5 jours. Ca explique pourquoi je dois me coltiner 2 heures de marche dans la gadoue pour enfin pouvoir l’observer.  Autant être honnête, sans les conseils d’un guide local, je ne l’aurais jamais trouvée.

Ma première impression en la voyant est de croire à une mauvaise blague : elle ressemble aux fleurs dans Mario Bros, le célèbre jeu de Nintendo. Une sorte de décor de cinéma de mauvaise qualité. En m’approchant, je constate qu’elle n’est pourtant pas en plastique.

Intrépide j’approche mon nez pour me délecter de son parfum… et c’est le drame !

Une puanteur indescriptible ! Normal puisque la vérité botanique est différente de celle du Lonely Planet. Cette « fleur », très impressionnante au demeurant, n’en est  pas une. C’est en fait un champignon parasite…

Remis de mes émotions je pars en direction de Kuala Lumpur pour découvrir la capitale malaise. Une grande ville asiatique qui rappelle sur certains points Singapour, même si son développement n’est pas aussi impressionnant. Bien sur je grimpe au sommet des tours Petronas, qui furent il y a encore que quelques années les plus hautes du monde. Elles détiennent toujours aujourd’hui le record des plus hautes tours jumelles du monde. Elles abritent le QG de Petronas, la compagnie pétrolière nationale malaise, qui joue un rôle central dans l’économie du pays. On considère qu’elle contribue pour plus de 33% aux recettes de l’état. 

Quelques jours d’auberge de jeunesse avec une bonne connexion internet plus tard, et je décide sur un coup de tête de partir pour Bornéo. Pourquoi ? Parce que cette gigantesque ile mi- malaise mi- indonésienne  a un nom qui me fait rêver depuis longtemps et surtout, elle est réputée pour abriter l’un des meilleurs spots de plongée du monde : Sipadan.
Mon avion décolle dans quelques heures ; je vous dis à très bientôt en direct de Bornéo !

Melaka - restaurant entrance
Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.