départ le matin par une mâtinée très froide

Le 22 janvier 2013, encore incrédule d’avoir assisté à la cérémonie d’investiture du Président Obama, je reprends la route en direction de New York.

Mon voyage touche à sa fin, dans 2 jours j’atteindrai New York et apercevrai la Statue de la Liberté. Ce sera l’épilogue d’une aventure de deux ans et demi, et mes parents qui m’avaient promis à mon départ de faire le déplacement aux Etats-Unis sont déjà dans l’avion.

Cela fait presque 900 jours que je suis un nomade, 900 jours que je n’ai pas de lit attitré et pas toujours un toit au dessus de la tête, 900 jours que presque quotidiennement je reprends la route et avance inlassablement. Pourtant rien de la vie sédentaire ne me manque vraiment et j’ai l’impression que tout s’est passé à la vitesse d’un éclair.

Pour la première fois depuis que je suis parti, je réalise en enfourchant ma moto, que ma balade planétaire va toucher à sa fin. Comme si une main invisible voulait me signifier son désaccord que cet incroyable trip se termine, je dois affronter durant mes derniers kilomètres les pires conditions climatiques de mon voyage. La température plonge et atteint les -10°C ; la chaussée est largement verglacée, me forçant à redoubler de vigilance.

décoller le matin par -10°C demande de la motivation

Moins de 1h00 après avoir quitté Washington, je fais ma première pause à Baltimore, où je retrouve Dai. Je l’avais croisé en compagnie de sa copine au Vietnam. Ils venaient d’acheter deux petites 125cc avec lesquelles ils prévoyaient de faire le tour de l’Asie du Sud-Est.

Ayant tous deux de la conversation et étant super sympas, nous avions sympathisé d’autant que notre goût de l’aventure nous avait conduit dans une petite rue de Ho Chi Minh City où nous avions partagé une cuisse de chien rôtie arrosé d’un vin d’hippocampes. Pour ceux qui auraient ratés cette étape culinaire de mon voyage, je vous invite à regarder l’intéressante vidéo que j’avais réalisée et que je vous reposte ici.

Peut-être du fait de l’intensité de cette expérience, nous avions conservé des liens, et je suis content de retrouvé Dai chez lui en arrivant à Baltimore.

Dai est le type de personne qui a toujours quelque chose d’intéressant à raconter parfois même surréaliste. La première conversation que j’avais eue avec lui à Saigon est certainement l’une des plus surréalistes que j’ai eue dans ma vie. A la question :

Quel était ton job ?

Dai m’avait imperturbablement répondu :

Avaleur de sabre

Probablement inquiet de me voir rester muet, il avait ajouté de la manière la plus naturelle qu’il soit :

Mais tu sais, c’est qu’un boulot, avec le temps, c’est comme le reste, c’est un peu répétitif…

Incrédule, c’est sa copine Cristie qui m’avait alors montré une vidéo sur Youtube, qui a fini de me convaincre que c’était un grand malade, mais regardez plutôt:

Cette fois, lorsque nous nous retrouvons à Baltimore, nous choisissons un déjeuner beaucoup plus classique qu’au Vietnam: un cheeseburger arrosé de Coca Cola. Pendant que j’avale mes frites, il me surprend une fois de plus avec son dernier projet: un pilote pour la télé en 6 épisodes. Lors de chaque épisode, Dai gravira le plus haut sommet de chacun des 6 continents (les américains considèrent l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord comme 2 continents distincts) puis arrivé au sommet, il avalera un sabre sur le sommet, le tout filmé avec de gros moyens (hélicoptères et tutti quanti).

On peut trouver l’idée idiote ou extraordinaire au choix, mais ce qui me surprend moi, c’est lorsque Dai explique les problèmes à adresser pour relever ce défi. Le plus important est la température glaciale au sommet, qui fait que  la lame devient collante lorsqu’elle entre en contact avec les muqueuses humides de l’organisme. Pour vous illustrer le souci, pensez simplement lorsque vous êtes au ski et que la fermeture éclair de votre doudoune reste collée à vos lèvres. Remplacez cette fermeture éclair par un sabre d’un mètre de long, et votre lèvre par la muqueuse de votre trachée et de votre estomac. Vous comprenez maintenant le problème…

Alors que nous revenons du restaurant, Dai me montre le prototype d’un sabre électrique chauffant sur lequel il est entrain de travailler pour essayer de résoudre son problème.

Je reprends la route en essayant d’imaginer à quoi pourrait ressembler le générique du Show TV: Dai perché au sommet de l’Everest, torse nu dans un froid glacial, la bouche grande ouverte, entrain d’avaler un sabre relié à un générateur électrique…

Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus et suivre l’actualité de ce dingue, je vous encourage à aller faire un tour sur son site: http://www.swordswallower.com).

En m’éloignant de Baltimore, j’abandonne définitivement les petites routes pour rejoindre la I95, une autoroute Interstate que je vais suivre jusqu’à New York City. Il fait froid et la chaussée est glissante. Les saleuses s’activent tandis que je m’efforce de rester le plus prudent possible; il est de toute façon trop tard pour me faire livrer des pneus neiges pour Lizzy, ma moto. Tandis que je ralentis l’allure, je remue mes mains et mes pieds pour éviter de perdre doigts et orteils, ca aussi ca serait dommage alors que je suis à moins de 300 kilomètres de la ligne d’arrivée.

Après 2 heures de routes, je décide de m’arrêter à un motel dans la grande banlieue de Philadelphia. Je décharge les deux grosses valises de ma moto et mes sacs pour la dernière fois de mon trip. Tandis que j’enlève mes bottes, je réalise que demain, je vais revoir mon père et ma mère que je n’ai pas vus depuis deux ans et demi. Alors que je me perds dans mes pensées, mon téléphone sonne : c’est eux, ils viennent d’atterrir à New York…

Similar Posts

6 Comments

  1. Bonjour,
    Je viens de tomber sur votre blog et il me fait vraiment rêver! C’est clairement mon rêve de faire ça (peut-être pas à moto) mais partir visiter un maximum de pays comme ça, c’est vraiment génial!
    Melody

    1. Bonjour,
      Merci pour votre message et heureux de lire que vous appréciez mon blog. Cette période de fin d’année est particulièrement propice aux bonnes résolutions. Si le voyage et l’aventure vous font rêver, alors peut-être est-ce le bon moment pour commencer à planifier tout cela :-). Pour Partir, il suffit de décider de le faire…
      Anto

  2. Bonjour,
    Je viens de tomber sur votre blog et il me fait vraiment rêver! C’est clairement mon rêve de faire ça (peut-être pas à moto) mais partir visiter un maximum de pays comme ça, c’est vraiment génial!
    Melody

    1. Bonjour,
      Merci pour votre message et heureux de lire que vous appréciez mon blog. Cette période de fin d’année est particulièrement propice aux bonnes résolutions. Si le voyage et l’aventure vous font rêver, alors peut-être est-ce le bon moment pour commencer à planifier tout cela :-). Pour Partir, il suffit de décider de le faire…
      Anto

  3. Bonjour,
    Je constate que t’as un ami hors du commun et qui aime le goût du risque. Mais son projet est tellement surréaliste que je ne sais pas s’il a parvenu à le faire ou non, tiens moi au jus.
    Helana de: http://www.lexpressbooking.com/fr/hotels-ile-maurice/option-tout-inclus

  4. Bonjour,
    Je constate que t’as un ami hors du commun et qui aime le goût du risque. Mais son projet est tellement surréaliste que je ne sais pas s’il a parvenu à le faire ou non, tiens moi au jus.
    Helana de: http://www.lexpressbooking.com/fr/hotels-ile-maurice/option-tout-inclus

Leave a Reply to zetoune Cancel reply

Your email address will not be published.