En arrivant au Costa Rica j’ai été choqué par plusieurs choses: d’abord l’omniprésence de touristes américains. Non que j’aie quelque chose contre les Américains, bien au contraire, mais ils ne ressemblaient pas beaucoup à des “aventuriers” ni à des “backpackers”. Les touristes BCBG ne me dérangent pas eux non plus, mais je ne m’attendais pas à les trouver ici, en plein coeur de l’Amérique Centrale. En lisant mon guide de voyage, je comprends que le Costa Rica est la Suisse de l’Amérique Centrale.
Le pays est politiquement et économiquement stable depuis plusieurs dizaines d’années. Il bénéficie d’un climat très clément, et surtout, il a habilement su faire la promotion de ses ressources naturelles, qu’il a agressivement préservées, en élevant près des 2/3 de son territoire au rang de “parc national”.

Le résultat logique de cette politique et de la situation d’exception dont bénéficie le pays dans cette partie du monde, incitent de nombreux retraités américains à investir leurs économie sur place. Le phénomène a été amplifié ces dernières années après que plusieurs magasines nord américains aient placé le pays dans le top 5 des endroits où il faisait bon vivre et faire fructifier ses dollars. Il n’en fallait pas plus pour voir déferler sur place une vague de Yankees, rachetant ranchs, maisons et fincas sur leur passage.

Le résultat est déstabilisant, en tous les cas déstabilisant pour moi, jeune voyageur venu découvrir l’Amérique du Sud, qui me retrouve dans un pays où l’anglais est plus courant que l’espagnol, où la plantation de café que je visite se trouve être la propriété d’un Californien, mais surtout, où la vie est deux à trois fois plus chère que chez tout ces voisins. Car le principal contre coup de cette immigration massive d’Occidentaux est que le cours des prix a machinalement suivi l’échelle de grandeur à laquelle ces nouveaux habitants sont habitués.

N’étant pas un très grand fan des pays trop aseptisés, je décide de ne pas rester longtemps sur place. Je m’accorde juste quelques jours à Tortugero, un petit village difficile d’accès, situé sur la cote Atlantique, à quelques encablures de la frontière avec le Nicaragua. Dans un passé pas si lointain, Tortuguero était connu car les guérilleros menés par Fidel Castro venaient s’entrainer à manier la Kalash pour préparer l’assaut de la Havane. Après eux, ce furent les Contras (soutenus par la dictature argentine et par les USA), combattants les Sandinites socialistes au Nicaragua qui vinrent s’entrainer dans les jungles alentours. Aujourd’hui, les guérilleros ont laissé la place à des centaines de touristes qui viennent dans un but beaucoup plus pacifique. Les plages de Tortuguero sont le point de rendez-vous de dizaines de milliers de tortues qui, chaque année, pondent leurs oeufs ici.
Par un immense coup de chance, je me trouve en plein pendant la période de ponte, qui ne dure que 3 mois. Je me dégote une piole dans une petite cabane à quelques mètres de la plage, et règle mon réveil à 4h30 pour aller l’arpenter au lever du jour. Mon courage et un brin de chance viennent récompenser mes efforts deux matinées durant.


Le premier jour, je tombe sur une tortue épuisée, qui vient de terminer de pondre. Après avoir péniblement enterrer ses oeufs et fabriquer un faux nid pour induire en erreur les prédateurs qui tenteraient de déterrer ses futures progénitures, je la regarde repartir lentement à l’océan. La douce lumière du jour rend le spectacle encore plus magique. Et chanceux que vous êtes, sans même avoir besoin de vous lever à 4h30 vous pouvez vous aussi en profiter grâce ma vidéo

Le jour suivant, en cherchant des tortues à la lisière de la jungle, je découvre deux bébés qui s’acharnent à essayer d’escalader les parois abruptes du trou dans lequel elles sont retenues. La détermination de ces minuscules créatures est impressionante,mais malgré leur volonté, seulement l’ une des deux parviendra à s’échapper du trou et à rejoindre la mer. Même arrivée à l’eau, sa survie est encore loin d’être assurée car elle devra encore faire face aux crabes, poissons et autres oiseaux qui ne demandent rien d’autre que de se la mettre sous la dent.

1/1000 tortue survie en moyenne jusqu’à l’age adulte. Garder ce ratio à l’esprit rend cet animal, en danger d’extinction, encore plus incroyable et étonnant. Et pour vous faire partager ce second spectacle, comme si vous y étiez, la vidéo de l’exploit.

Et parce que https://www.lespassengers.com, c’est encore mieux que le National Geographic, je vous offre en prime le pelle-mêle photos…

IMG_1486_test
Similar Posts

4 Comments

  1. C’est vrais que c’est superbe !
    Et comme tu dis : on a pas eu à se lever à 4h30 !
    Pour ce qui est des Amerlocs, ce que moi j’ai pu constater : c’est que “bien souvent” ils ce comportent en terrain conquis quand ils voyagent …..
    Mais dis moi ; cela me fait penser à certains livres de flibustiers que je lisais quand j’étais gamin : où se trouve l’Ile de la Tortue ? Et comment s’appelle t’elle de nos jours ?
    @ + 🙂

    1. @Roland: la problématique des Américains au Costa Rica n’était pas qu’ils se comportent comme en terrain conquis (cela arrive, mais les Français sont assez bon dans ce domaine aussi), mais plus qu’ils sont très nombreux sur place car c’est proche des USA (quelques heures d’avion) et que c’est un pays qui a bonne réputation car il ne souffre pas de problème de sécurité majeure. Le résultat est que les touristes que tu trouvent sur place sont plus du genre, famille een vacance et tour organisé que routard.
      Pour ce qui est de Tortuguero, ce n’est en fait pas une île mais un petit village sur la côte Atlantique à une trentaine de kilomètres au Sud de la frontière avec le Nicaragua. Si tu regardes sur google map, tu devrais le trouver sous “tortuguero, costa rica”

  2. La grosse tortue qui peine à regagner la mer est magnifique, le bébé qui fait des efforts pour se sortir du trou et aller dans l’eau va sans doute se faire dévorer. C’était “cinéma, larme à l’oeil”.Et c’était beau.

  3. Quel spectacle magnifique – la nature a ses lois et m’impressione chaque jour un peu plus; tu as du te regaler en prenant ces videos.

Leave a Reply

Your email address will not be published.