Partir pour l’Antarctique. Beaucoup d’entre vous m’ont demandé comment faire sans avoir à payer les 10 000 euros que coute en moyenne une croisière sur place, alors comme promis, voici mes “secrets” pour partir moins chers (voir gratuit…).
Il y a peu de temps encore, vouloir partir en Antarctique me semblait aussi farfelu que de vouloir aller sur la lune. Et puis en me rapprochant d’Ushuaia et en voyant ma latitude Sud augmenter, je me suis mis à réfléchir de plus en plus sérieusement à comment rendre ce rêve possible. En geek chef que je suis, c’est vers le web que je me suis tourné pour trouver la formule magique permettant d’aller serrer la nageoire des pingouins.
L’excellent blog de Sarah (que je vous encourage à visiter), et le ton enthousiaste de sa réponse mail ont fini de me convaincre : c’était trop bête d’être si près du grand continent blanc et de ne pas y aller… ma décision était prise: j’allais y aller! Oui mais comment?
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il y a beaucoup de manières de se rendre en Antarctique, allant de la plus simple à la plus complexe. Pour épondre aux nombreuses questions que j’ai reçues sur le sujet, je vous propose un petit résumé des techniques qui s’offrent à vous, en les classant par niveau de difficulté… et par prix

1/ La croisière classique
Difficulté: très facile – Cout: Très élevé
C’est le moyen le plus facile : participer à une croisière sur un immense paquebot faisant le tour de l’Amérique du Sud, du continent américain ou du monde. Dans les trois cas, il est possible de trouver des options qui incluent un passage éclair en Antarctique. On aperçoit les glaciers de loin car les mastodontes flottants de plusieurs milliers de passagers ne sont pas adaptés pour s’approcher des cotes. Très peu d’intérêt à mon avis car on ne met pas le pied sur le continent. C’est plus un délire : « la croisière s’amuse » avec des icebergs pour décor. Le cout est bien entendu très élevé, et les passagers le plus souvent du quatrième âge.

2/ La croisière / expédition polaire
Difficulté: très facile – Cout: Très élevé
Réserver en avance une croisière via une agence spécialisée est la solution la plus simple. Plusieurs sociétés spécialisées dans les expéditions polaires (pôle Sud et Nord) existent. Elles utilisent des bateaux de taille moyenne spécialement conçus pour les zones polaires (coque renforcée, voire brise glace) qui permettent de s’aventurer au plus près des côtes glacées et dans les champs d’icebergs. Ils embarquent entre 60 et 100 passagers. Chaque jour lorsque le temps le permet, les passagers peuvent débarquer sur la terre ferme via zodiac. Ils peuvent ainsi s’approcher au plus près de la faune. Sont également proposées des activités de kayaking et parfois de ski cross country (la plupart du temps en option). Les prix variant ensuite en fonction des prestations fournies sur le bateau, variant de sportif (et donc relax) a grand luxe (et donc… smoking). Quelle que soit la compagnie, c’est sérieux et vu les prix heureusement puisqu’il faut compter entre 8 000 et 12 000 dollars pour 12 à 14 jours.

3/ Le voilier
Difficulté: facile – Cout: Très élevé
Embarquer sur le voilier d’un particulier qui veut se rendre en Antarctique. Il suffit de se rendre au port de plaisance d’Ushuaia. Il y a toujours beaucoup de voiliers qui mouillent, et pour une raison qui m’échappe, lors de mon passage plus de la moitié des capitaines étaient français. Afin de réduire les coûts, ces particuliers emmènent entre 3 et 5 personnes en fonction de la taille de leur voilier. Les tarifs oscillent entre 5000 à 6000 euros ; vous êtes clients à bords, mais de par la taille restreinte du bateau, une certaine ouverture d’esprit et une participation aux taches quotidiennes sont attendues. Aucune expérience de voile n’est nécessaire, mais la traversée du passage de Drake, l’endroit où se rencontrent les océans Pacifique, Atlantique et Antarctique, considéré comme l’un des pires du monde, est très éprouvant sur ce genre d’embarcation. Elle prend 1 semaine à l’aller et au retour. Pour rentabiliser le voyage, ce type de voyage dure entre 1 mois et 1 mois et demi en mer. En plus du financement, il faut donc aussi avoir le temps.

4/ Le voilier toujours
Difficulté: dur – Cout: faible
Idem que l’option 3, mais pour ceux qui se sentent ok pour travailler à bord. Lorsque j’étais à Ushuaia, j’ai moi-même trouvé un voilier prêt à m’embarquer pour le prix de ma bouffe uniquement (500 dollars pour un mois) en échange de mes compétences de cuistot.  Si vous avez des notions de voile et pouvez aider le capitaine, vous multipliez vos chances, mais je vous décourage fortement de mentir à ce propos ; comme indiqué plus tôt, la traversée du passage de Drake n’est pas une formalité et ça serait dommage de mettre en péril toute l’embarcation pour économiser 5000 euros.

5/ Les bateaux scientifiques
Difficulté: dur – Cout: faible
Des navires (américain, argentins et chiliens principalement) relient Ushuaia (Argentine) et Punta Arenas (Chili) au grand continent blanc afin de ravitailler les stations scientifiques sur place et d’effectuer les relèves de personnels. Avec un bon bagout et un gros coup de chance, il est possible d’embarquer à bord à moindre coût. La contre partie c’est que ce n’est pas vraiment du tourisme et que le bateau a un itinéraire bien précis sans aucune excursion ni débarquement sur le continent.

6/ Le last minute ticket
Difficulté: facile – Cout: moyen
Idem que l’option 1, mais en récupérant une place de dernière minute. Les bateaux ne sont pas toujours pleins et les compagnies essaient le plus souvent de les rentabiliser  au maximum quittent à brader les dernières places. Les réductions vont de 50% à 75% du prix initial en fonction du nombre de lits disponibles et de la période de l’année. Evidemment 75% de 12000 dollars cela reste cher, mais c’est déjà plus raisonnable. Les principaux avantages des croisières expéditions sont que l’on « visite » réellement l’Antarctique puisque l’on débarque sur le continent en moyenne deux fois par jour. Vu le prix payé par la plupart des passagers, les compagnies ne lésinent pas sur les moyens et sur chacun des bateaux, il y a toujours à bord des biologistes, géologues, historiens… qui font des présentations sur la faune, la flore et l’histoire du continent, en s’adaptant en temps réel à ce que l’on voit. C’est un avantage non négligeable par rapport au voilier sans compter que la traversée du Drake ne dure que 2 jours sur ce type d’embarcation, réduisant d’autant la probabilité d’être malade.
Ces places de dernières minutes se trouvent dans pratiquement toutes les agences touristiques d’Ushuaia. On peut aussi contacter en direct les compagnies (mais elles n’aiment pas trop ca et les prix ne sont souvent pas plus avantageux). Il faut s’y prendre quelques jours seulement avant le départ du bateau. On signe une clause de confidentialité comme quoi on s’engage a ne pas révéler le prix aux autres passagers (normal, imaginez la tête que vous feriez si quelqu’un qui participent à la même excursion que vous vous annonçait avoir payé 75% de moins que vous! Même avec tous les pingouins et les baleines du monde, vous feriez la grimace non ?). La contrainte de cette technique, c’est qu’elle nécessite de la flexibilité car il faut parfois attendre plusieurs semaines avant de trouver un bateau avec des places disponibles et qu’il est impossible de prévoir cela en avance. L’autre contrainte se pose pour ceux qui voyagent en groupe car il est impossible de savoir si il y aura des dispos pour tous.

7/ Le bateau stop
Difficulté: warrior – Cout: nul
Le principe est simple : aller voir tous les bateaux sur le port et leur demander s’ils sont prêts à vous emmener gratuitement. La probabilité qu’ils vous disent oui est proche de nulle, mais un homme, Ludovic Hubler, est là pour prouver que cette utopie… est possible. Evidemment ne penser pas que cela arrive du jour au lendemain et ce brave Ludo à patienter 2 mois avant d’embarquer. Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, sachez qu’il a à son actif un tour du monde de 5 ans en stop avec une philosophie proche du dictat : ne jamais payer aucun transport tel qu’il soit (ce qui inclut voiture, avion et bateau y compris pour traverser les océans)
Dans mon cas, je me suis rabattu sur l’option 6, qui en plus des avantages que je vous ai présentés, me convenait davantage en terme de durée. Maintenant que je suis revenu d’Antarctique, je ne regrette nullement mon choix, ni mon investissement. L’Antarctique est sur tout point de vu au delà de ce que les mots peuvent décrire, et recel bien plus que ce que je pensais où pouvais même imaginer y trouver.

Similar Posts

13 Comments

  1. Tous les avantages à bas prix. T’

  2. Tous les avantages à bas prix. T’

  3. T’as oublié d’être nul !!!
    Intéressant ton book !

  4. T’as oublié d’être nul !!!
    Intéressant ton book !

  5. Et a la nage?
    Difficulte: Surhomme/Dieu?
    Cout: un bon maillot de bain!
    Blague a part a priori il faut reserver un an en avance pour etre sur d’avoir une place pour une expedition polaire?

    1. Si tu veux payer plein pot, oui un an en avance. Si tu veux tenter ta chance avec les billets de la dernière minute, il faut se pointer… trois jours avant le départ ;-). Pour la traverser à la nage, c’est une option qui ne m’avait curieusement pas croiser l’esprit. Mais que je suis bête! 😉

  6. Et a la nage?
    Difficulte: Surhomme/Dieu?
    Cout: un bon maillot de bain!
    Blague a part a priori il faut reserver un an en avance pour etre sur d’avoir une place pour une expedition polaire?

    1. Si tu veux payer plein pot, oui un an en avance. Si tu veux tenter ta chance avec les billets de la dernière minute, il faut se pointer… trois jours avant le départ ;-). Pour la traverser à la nage, c’est une option qui ne m’avait curieusement pas croiser l’esprit. Mais que je suis bête! 😉

  7. Ca doit tout de même valoir le coup de casser la tirelire. Bon l’option 6 est la + envisageable. ^^

  8. Ca doit tout de même valoir le coup de casser la tirelire. Bon l’option 6 est la + envisageable. ^^

  9. Salut!
    J’ai une petite question pour moi aussi c’est un petit peu un reve de partir la bas. Et il se trouve que je suis actuellement en Nouvelle-Zelande. Je voulais savoir si tu savais si c’etait possible de faire la meme chose au depart de ce pays. Je suis en train de me renseigner mais sa a l’air plus complique. Merci
    Arnaud

    1. Hello,
      Je ne peux malheureusement pas te dire si c’est possible depuis la Nouvelle-Zelande puisque je n’y ai pas été; cela dit, je ne pense pas que les last minute tickets soient typiquement argentins, et si tu as des départs depuis la NZ, alors tu dois avoir des last minute tickets.
      Par contre un truc à considérer, c’est les distances: lorsque tu te trouves en NZ, tu es beaucoup plus loin de l’Antarctique que lorsque tu te trouves à Ushuaia. Cela implique forcément un coup supplémentaire pour ton trip ne serait-ce que pour le carburant et le nombre de jours supplémentaires que tu restes à bord du rafiot.
      Je sais que les bases françaises de Terre Adelie sont ravitaillées depuis là-bas, ça peut valoir le coup de regarder s’ils n’ont pas une place de libre sur un de leurs bateaux…
      Je te souhaite bonne chance pour réussir à mettre le pied sur le continent blanc.
      Anto

  10. Salut!
    J’ai une petite question pour moi aussi c’est un petit peu un reve de partir la bas. Et il se trouve que je suis actuellement en Nouvelle-Zelande. Je voulais savoir si tu savais si c’etait possible de faire la meme chose au depart de ce pays. Je suis en train de me renseigner mais sa a l’air plus complique. Merci
    Arnaud

Leave a Reply

Your email address will not be published.