Avant de reprendre la route, j’ai profité d’avoir une concession BMW à Bangkok pour renouveler mon stock de pièces détachées. Assez maladroitement, j’ai trouvé le moyen de perdre mon windscreen (ma bulle pour me protéger du vent). C’est donc principalement dans l’idée de la remplacer que je m’y rends.

à la concession BKK Motorcycle. Ce qui est drôle avec les concession BMW c’est qu’elles se ressemblent toutes comme des jumelles, quel que soit le pays du monde et sont classes. A peine descendu de mon engin, je me retrouve avec un verre d’eau fraiche et un café. Ca fait plaisir.
Lorsque j’explique mon problème et surtout mon histoire de tour du monde au vendeur, il me dit de patienter, et que le manager de la concession va s’occuper de moi. Comme quoi être considérer en tant que client est très simple : il suffit d’aller dans un garage à 27 000 kilomètres de chez soit ;-).

Je lui demande des vis torx, des vis à la con utilisées seulement par BMW et quasiment introuvable ailleurs. Je les ai perdues en chemin certainement lors du frêt de ma moto par avion. Jusque là pas de souci. Facile à trouver. Il me fait cadeau de 6 vis et des 6 rondelles associées. Je passe alors à la seconde étape, le windscreen.
Il va vérifier dans ces stocks et revient avec un verdict sans appel : ils n’ont pas la pièce qu’il me faut. La seule solution c’est de la commander en Allemagne ce qui prendra pas moins de deux semaines. La il y a problème, puisque mon visa thaïlandais se termine dans deux jours. J’ai beau jouer le pauvre motard désespéré, rien n’y fait et il ne semble pas y avoir de solution de secours.

Un peu embêter je décide de faire un tour de la concession. Lumineuse idée puisque je tombe sur une superbe F800GS sur le parking ; le hasard faisant bien les choses, elle est équipée de la fameuse bulle moyenne Touratech que je cherche. Une chose que mon voyage m’a apprise c’est que pour avoir ce que l’on veut il faut faire preuve de culot. Et après onze mois faites moi confiance, du culot je n’en manque plus. Je retourne voir le manager de la concession et lui dit que la solution est toute trouvée ; il suffit qu’il me donne la pièce sur la moto du parking. Deux tordages de nez plus tard, il me répond que ce n’est pas possible et que le bolide est en dépôt vente. Evidemment c’est plus compliqué que si c’était un modèle d’expo mais ca ne reste quand même pas impossible ; j’insiste pour qu’il appel le client qui a mis cette moto en vente. Je sens que le manager est très retissent mais j’insiste si sincèrement qu’il finit par sortir son téléphone portable et l’appeler.

La première tentative se solde par un refus, mais je ne lâche pas prise. J’insiste pour qu’il le rappel et lui explique cette fois-ci pourquoi j’ai besoin d’un windscreen d’urgence. Je lui demande aussi de lui donner l’adresse de mon site internet (celui la même que vous consultez en ce moment). Après avoir raccrocher la seconde fois, nous en sommes toujours au statu quo. Le client a demandé quelques minutes pour réfléchir et surtout pour consulter le site web. 10 minutes plus tard la sonnerie de mobile retenti. Un sourire sur le visage du manager : c’est gagné, il accepte. Je viens de gagner un windscreen. Youpi !

Sans perdre de temps nous nous empressons de le démonter et de le remonter sur Lizzie, certainement de peur que le client change d’avis. Je m’aperçois qu’il y a un énorme autocollant écrit en thaï sur l’écran. Je ne me pose pas plus de question. Je remercie tout le monde et rentre à ma guesthouse. Sur la route je m’étonne quand même que des officiers de police saluent militairement lorsque je passe à coté d’eux. Je ne m’en inquiète pas plus que ca et me dit que la police thaïe doit surement avoir une unité dotée du même modèle de moto que moi.

Le lendemain en reprenant la route, c’est une nouvelle surprise lorsque je me fais arrêter par la police en excès de vitesse. Je suis un peu embêter et m’apprête à enlever mon casque pour discuter avec l’agent, lorsque je le vois lire les lignes sur ma bulle. Son visage change brusquement et il me salut en s’excusant. Je suis un peu surpris et ne comprends pas exactement ce qu’il se passe. Il stoppe la circulation et me laisse repartir sans aucune autre question.

Ce second épisode m’interroge encore d’avantage quand à la signification de ces deux lignes. Je finis donc par envoyer une photo a une amie thaïlandaise qui explose de rire et me les traduit :
« Radio Center Krungthon, thailand traffic metropolitan Police Division 9 »

Etonnant mais en Thaïlande les officiels marquent traditionnellement leur grade et leur affectation sur leur véhicule. Aussi agréable que la Thaïlande soit, elle est loin d’être épargnée par les petits arrangements et la corruption. L’un d’entre eux est que les policiers ou les familles de policiers ont certains passes droits. La bonne nouvelle, c’est que je vais pouvoir en profiter durant la fin de mon séjour dans le royaume de Siam sans même l’avoir voulu.

Similar Posts

1 Comment

  1. […] (ou de sobriété…) j’ai fait un peu de mécanique pour remettre Lizzie au top de sa forme (cf article précédent). Elle s’était un peu engourdie à l’abri dans un garage de luxe dans les beaux quartiers […]

Leave a Reply

Your email address will not be published.