The Blue Hole from the air - crédit photo: Yann Arthus-Bertrand
The Blue Hole from the air – crédit photo: Yann Arthus-Bertrand

La raison principale qui m’amène au Bélize, c’est la plongée sous-marine. Lorsque l’on évoque la plongée en mer des Caraibes, les gens pensent souvent qu’ils vont devoir prendre un vol depuis Paris pour se rendre en Martinique, pourtant, la cote Est du Bélize abrite la barrière de corail Mésoaméricaine, la seconde plus large barrière de corail du Monde après la grande barrière de corail australienne. Parmi les nombreux sites qui la composent, le plus célèbre est le Blue Hole, un trou sous-marin parfaitement circulaire de 300m de diamètre, et de 125m de profondeur.
J’avais eu la chance de plonger au Blue Hole il y a 5 ans, et je ne comptais pas y retourner cette fois-ci, pour me concentrer uniquement sur des sites de plongés plus proches de Cay Caulker. Cependant la visite surprise de Florence, une amie, a facilement changé mes plans. Elle n’y était jamais allée et il était impossible qu’elle vienne sur place sans effectuer ce pèlerinage.
Le Blue Hole est l’un des sites de plongée les plus connus du monde. Le Capitaine Cousteau l’avait déclaré comme étant “l’un des 10 plus beaux sites de plongée du monde”, rien de moins. Situé à 70 kilomètres au large de Cay Caulker, il s’agit géologiquement d’une ancienne grotte formée lors des derniers épisodes de glaciation, de 60 000 et 15 000 ans avant notre ère. Avec la montée du niveau des océans, cette grotte a été ensevelie par les eaux et son toit a fini par s’effondrer, révélant cette mystérieuse formation géologique au beau milieu de l’océan. L’hérédité de cette cenote sous-marine se confirme lorsque l’on y plonge, car on y observe à partir de 40 mètres de profondeur, de gigantesques stalactites de plus 5 mètres de haut, confirmant que le site n’a pas toujours été sous-marin.
Après 2 heures de tape cul sur un speed boat, nous arrivant sur zone. Le site est toujours aussi impressionnant: en pleine mer, une barrière de corail circulaire affleure à la surface et dessine un trou bleu immense et parfaitement rond.

Flo et moi à la frontière du Blue Hole, d’où il est possible d’observer le mur de corail entourant la grotte sous-marine

La plongée en elle-même est brève, moins de 30 minutes, car nous devons rester en dehors des zones de paliers de décompression malgré la profondeur. Malgré sa popularité, le Blue Hole est en réalité hors des limites imposées par Padi et par SSI, les deux plus grands organismes de certification de plongée récréative. La raison: il ne révèle ses secrets que si l’on descend à plus de 40 mètres de profondeur. A cette profondeur, la lumière se raréfie, la vie sous-marine et corallienne du même coup. La pression qui s’exerce devient 5 fois supérieure à celle ressentie à la surface, et est objectivement perceptible. Respirer à travers le détendeur devient plus difficile, d’autant que la concentration d’oxygène ingurgitée augmente pour cette même raison, et ses effets euphorisants deviennent  perceptibles, forçant une concentration accrue.

The Blue Hole from the air – crédit photo: Yann Arthus-Bertrand

Mais la récompense lorsque les stalactites se dessinent dans la pénombre en vaut la peine. Nous ne disposons que de 3 minutes  à 40m pour slalomer entre les énormes bloc de roches, sous peine de devoir effectuer de longs paliers de décompression avant de pouvoir remonter. Pendant que je me trouve dans ce monde si beau et si éloigné de la réalité, regardant mes bulles d’air lentement remonter à la surface, je vois une ombre passer au dessus de moi. C’est un énorme requin taureau, qui de la cinquantaine de mètres d’où je l’observe, parait tout de même immense, certainement plus de 4 mètres de long. Flo ne le voit pas, et c’est peut-être mieux ainsi…
Remontés à la surface et après un moment de repos, nous repartons pour deux plongées supplémentaires, cette fois-ci  sur la barrière Mésoaméricaine. Les coraux sont en bonne santé, mais le spectacle vient de la très dynamique vie aquatique. L’attraction vedette est la multitude de requins gris, des dizaines qui nagent en bandes autour de nous, tout étonnés de voir d’aussi étranges créatures venir leur rendre visite. Ils sont si curieux et s’approchent si près que j’en toucherai plusieurs fois un malgré moi. L’expérience est extraordinaire, et confirme ma certitude que le Belize reste l’un des plus beaux endroits pour plonger, d’autant que le nombre de touristes sur place reste pour l’instant raisonnable.
Seul ombre à ce tableau idyllique, la réglementation bélizéenne qui interdit aux étrangers d’exercer sur place. Cela a pour conséquence un manque de concurrence  entre les écoles de plongée locales, et à des prestations parfois négligées. Là où le bas blesse, c’est lorsque les négligences portent sur la qualité du matériel, et donc la sécurité des plongeurs. J’en ferai moi-même l’expérience lorsqu’à 25 mètres de profondeur, je rencontrerai des problèmes pour respirer à travers un régulateur qui dysfonctionne. Un bon moyen de tester ses réflexes sous l’eau, mais aussi une bonne décharge d’adrénaline dont on pourrait se passer. Peut-être la raison pour laquelle beaucoup choisissent un voyage en Martinique 🙂

Similar Posts

8 Comments

  1. Un requin taureau?!!! Ou ca?!

    1. @Flo: c’est rien, c’est rien, respire et continue de palmer…

  2. […] les quelques jours de détente et de plongée à Cay Caulker, je reprends la route en direction du Mexique. En chemin je réussis un exploit: me faire capturer […]

  3. Bonjour, mon ami et moi sommes plongeurs (advanced PADI pour moi et lui est Instructeur PADI) . Nous souhaitons découvrir pendant 1 ans, la Colombie, le Nicaragua, le Belize et le panama! Mais ce n est pas facile d obtenir de bonnes infos sur les sites de plongée, le prix des logements et les endroits sûrs qui ne sont pas trop touristique,….. Peut tu nous donner quelques conseils?! En tout cas ton voyage à l air très sympa. Profite bien et a bientôt j espère! FloFlo

  4. Bonjour, mon ami et moi sommes plongeurs (advanced PADI pour moi et lui est Instructeur PADI) . Nous souhaitons découvrir pendant 1 ans, la Colombie, le Nicaragua, le Belize et le panama! Mais ce n est pas facile d obtenir de bonnes infos sur les sites de plongée, le prix des logements et les endroits sûrs qui ne sont pas trop touristique,….. Peut tu nous donner quelques conseils?! En tout cas ton voyage à l air très sympa. Profite bien et a bientôt j espère! FloFlo

    1. Salut,
      Joli voyage que celui que vous allez entreprendre, d’autant que vous vous donnez le temps pour le faire. C’est cela le vrai luxe!
      Pour les sites de plongée: en Colombie, j’ai entendu beaucoup de bien de Tayrona, un parc national marin sur la cote caraïbe. L’endroit est par contre relativement touristique.
      Je n’ai jamais plongé au Nicaragua donc je ne peux pas trop en parler.
      Au Panama, il y a Bocas del Toro avec le Parque National Marino: mais ce n’est pas le plus beau site de la cote, et si votre temps où votre budget est limité, ce n’est pas là où je conseillerai d’aller.
      Le joyaux pour la plongée, c’est vraiment le Belize: vous avez surement déjà entendu parler du Blue Hole, le site le plus connu du pays, mais toute la barrière de corail, facilement accessible depuis les cayes, est absolument somptueuse, vivante et avec une vie marine très dynamique. Pas mal de gros, entre autres requins. Les plongées sont parfois un peu techniques du fait du courant, et les départs depuis les zodiacs souvent funs car il y a très souvent de la houle. Il y a deux endroits principaux d’où vous pouvez vous baser pour accéder aux sites de plongées: Caye Caulker et Ambergis Caye. Il y a plus d’hotels “classe” sur Ambergis et l’île est beaucoup plus grande. Je préfère largement Caye Caulker qui est très petite, avec une ambiance rasta fun et assumée. Il n’y a pas de vraie plage de sable mais les rivages de l’île sont absolument splendides avec de l’eau turquoise et une visibilité incroyable. Je passe les raies qui viennent se promener à coté du bar le Lezard et les hippocampes que l’ont peut spotter facilement.
      Par rapport à vos formations de plongée, et si vous vouliez essayer de travailler (surtout pour PADI instructor), le Belize a une législation très contraignante qui interdit aux ressortissants étrangers de travailler, donc ca parait difficile. En termes de prix, la plongée au Belize n’est pas donnée, d’autant que beaucoup des plus beaux sites demandent du temps pour y aller.
      J’espère que ca répond à vos questions. N’hésitez pas si vous en avez d’autres, et en attendant, bonne fin de préparation.
      Anto

  5. Encore merci pour toutes ces infos!!! C est super gentil. Je vais continuer à étudier vos conseils. Peut être que l on se croisera un jour au détour d un voyage … A bientot

Leave a Reply to zetoune Cancel reply

Your email address will not be published.